Zome

C’est une construction en bois d’un peu moins de 20 m², autoporté, et comportant 7 côtés.

Recouvert de bardeaux, il a la forme d’un cristal, dont la partie inférieure serait dans le sol.

Le début de sa construction date de 2008, sous forme d’un chantier participatif pour la première étape d’assemblage des losanges .Puis , il a fallu du temps pour le finir.

Pourquoi ce lieu ?

A la période de mes explorations sur les soins traditionnels, j’ai vécu des huttes de sudation appelées temascal au Mexique puis en France . Ce sont dans les traditions indigènes des lieux qui périodiquement sont dédiés à des rituels qui durent plusieurs heures, avec des phases, des chants, des invocations, un travail sur soi. L’air y est chauffé par des pierres, parfois humidifiées par des décoctions de plantes . 

J’ai été sensible à l’importance du lieu, de l’espace où se vivent ces expériences en groupe , car  ce contexte ritualisé est favorable à se relier à soi-même et à un processus de groupe , qui a son sens et sa guidance.

En revanche, j’ai perçu à quel point, réaliser un temascal en France, c’était faire abstraction de l’importance de la dimension culturelle  de cette expérience, liée à un rapport au monde , une cosmovision. Ici, c’est une parenthèse, et il est difficile ici d’intégrer l’essence de cette pratique, liée à un contexte tout autre.

Cela a posé pour moi la question du transfert de pratiques, voire de forme de lieux rituels,  d’une culture à une autre.

C’est alors que j’ai découvert le concept de zome.

C’est une forme qui a été créée aux Etats-Unis dans les années 60. Cette création n’est pas rattachée à une contexte culturel, mais elle a été conçue en s’inspirant des formes de la nature . Il  a été importé en France par l’architecte Jean Soum qui a construit différents zomes à partie de 1977. C’est grâce à une collaboration avec lui, qu’a pu être réalisé le projet de zome sur mon terrain.

De part sa forme , le fait d’être en bois, son emplacement à l’orée de la forêt, il est en continuité avec la nature et est universel, au sens où il ne s’inscrit dans aucune culture ou tradition.

Chacun pourra y être sensible pour des raisons différentes, à découvrir lorsque vous y entrerez !

Il est utilisé pour des temps de méditations et des groupes de paroles.

Il pourrait accueillir d’autres formes : musique, conte, lectures…

N’hésitez pas à me contacter pour le visiter et/ou pour y mettre en place des activités que vous proposez, et qui correspondraient à l’esprit du lieu.